Lien copié

Les compagnons biologiques du patient : organes sur puce et organoïdes

Le compagnon biologique du patient est associé au jumeau digital du patient (1)  dans la mise en place de la médecine du futur. Le compagnon biologique, dont la fonction est de miner le vivant à partir d’organes sur puce et d’organoïdes,  fait l’objet de recherches depuis une dizaine d’années. Il sera utilisé d’une part dans le domaine de la médecine régénérative et d’autre part pour réaliser des essais pharmacologiques personnalisés et  adapter les traitements à chaque individu.

” Les avancées considérables de la recherche sur les cellules souches permettent d’obtenir ex ou in-vitro pratiquement tous les types de cellules qui constituent l’organisme et de les modifier si besoin en éditant leur génome. Les progrès en biotechnologies et notamment dans la  bio-impression 3D ouvrent la voie vers la reconstruction de tissus et d’organes dont les fonctions biologiques sont conservées…” explique Francois Signaux, directeur scientifique exécutif de la recherche fondamentale du CEA (2).

Deux grands types de compagnons biologiques se distinguent : les organes sur puce et les organoïdes. Une organe sur puce est ” un système miniaturisé qui est conçu en s’inspirant de l’architecture d’un organe humain pour mimer ses fonctions physiologiques“.. et les organoïdes sont des mini-organes ou des mini-tumeurs, “obtenus à partir de cellules souches ou progénitirices, mises en culture 3D dans un hydrogel qui mime la matrice extracellulaire” précisent Jérôme Garin et Patrice Caillat au CEA (3).

 

 

(1) Voir article du 10 décembre 2018 de ce blog. 

(2) Cles, les voix de la recherche. La médecine du futur, contexte, technologies, domaines d’application, perspectives. N° 67. Décembre 2018. P. 7

(3) Idem p. 32.

http://www.cea.fr/multimedia/Pages/editions/clefs-cea/medecine-futur.aspx

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*