Lien copié

L’espace-temps cérébral, ou l’exploration du cerveau par IRM (2)

L’exploration de l’espace-temps cérébral par IRM, Imagerie par Résonance Magnétique, la généalogie et l’état de l’art, sont présentés par Denis Le Bihan, médecin et physicien, directeur de recherche au CEA Saclay. Le cerveau est ainsi étudié à la fois dans son anatomie (la taille de l’hypocampe pour l’étude de la maladie d’Alzeimer …), son fonctionnement (quelles régions s’activent au moment d’une pensée spécifique …) et sa diffusion (les connexions entre les régions – le connectome-, leur développement chez les nouveaux nés, les diagnostics d’AVC …). Si l’on identifie la spécialisation de certaines régions du cerveau (motricité, vision..), pour d’autres on ne sait rien du tout ou seulement un peu, précise D. Le Bihan.  Pour aller plus loin, il faudrait augmenter la résolution spatiale (matière grise) et temporelle (matière blanche). Il manque pour cette exploration de l’espace-temps cérébral, une théorie (qui n’existe pas) et des instruments, tels que l’IRM Yseult. L’aimant utilisé pour  l’IRM Yseult de Saclay (cf article précédent) produit un champ magnétique qui représente 223 000 fois le champ magnétique terrestre, alors que les premiers IRM, dans les années 1980, équivalaient à 2400 fois ce champ, explique D. Le Bihan.  L’IRM fonctionne par aimantation des noyaux de certains atomes, en particulier le noyau d’hydrogène présent dans la molécule d’eau (le cerveau est fait de 80% d’eau). Les variations de champ magnétique produisent des ondes radios, qui sont recueillies par des antennes et analysées.

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=15470 . Université de Lorraine, jeudi 7 octobre 2021.

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*