Lien copié

Les organoïdes pour remplacer la recherche animale ?

Les organoïdes, ces nouveaux modèles utilisés pour la recherche médicale pourront-ils, un jour, se substituer à à la recherche animale ? Pas si simple, expliquent les chercheurs : “Ces nouvelles technologies ne vont pas diminuer le besoin de recherche animale. En revanche, elles vont rendre la connaissance du vivant plus fine et vont augmenter l’arborescence et la densité des connaissances. Il est clair que cela rendra la recherche animale plus efficace, précise et ciblée, ce qui diminuera le nombre d’animaux utilisés. Mais l’organoïde ne remplacera pas l’animal entier. S’il venait à le faire, c’est qu’il serait devenu animal“, affirme Bruno Verschuere, vétérinaire pour le Groupe interprofessionnel de réflexion et de communication sur la recherche animale (Gircor).

Quelle sera alors la place de ces mini-organes, qui se développent en 3D in vivo, dans la recherche de demain?  Quelles avancées pour la toxicologie, pour la physiologie humaine et l’étude des maladies intestinales par exemple (cf video sur les organoïdes intestinaux humains ci-desssous)  ? Le magazine de lINSERM fait le point sur cette question.

 

Magazine de l’INSERM, numéro 43, juin 2019. https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/organoides-quelle-place-dans-recherche-demain

 

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*