Lien copié

Neural lace : des implants cérébraux en dentelle

Une dentelle neuronale, neural lace, serait selon Elon Musk, un implant composé d’une maille très fine injectée dans le cortex humain. La dentelle est formée d’une série d’électrodes capables de suivre les fonctions neuronales. La faisabilité de ce nouveau procédé a été confirmée à la suite d’essais effectués sur des souris par le professeur Charles Lieber de l’université d’Harvard. D’après l’étude publiée en 2015 dans la revue Nature de nouvelles connexions se sont formées sur la dentelle après injection de la maille électronique. Ces connexions ont ensuite pu être activées de l’extérieur par l’équipe de recherche.

Inventé par l’écrivain Iain Banks, auteur de la série La Culture -source d’inspiration des grandes figures de la Silicon Valley- cet implant cérébral devait servir à accéder à Google par la pensée. Dans l’imagination de l’auteur de science-fiction, la dentelle cérébrale permettait aussi de restaurer la conscience humaine après la mort, en la téléchargeant vers un serveur.

Aujourd’hui, l’homme devrait s’augmenter lui-même par implants interposés pour ne pas devenir « obsolète » face à la montée de l’Intelligence Artificielle (IA). C’est l’approche que prêche Elon Musk, et qu’il entérine avec le lancement de sa nouvelle entreprise Neuralink. Outre l’objectif affiché de traiter les maladies neuro-dégénératives tel qu’Alzheimer et Parkinson, cette startup serait amenée à développer les dentelles neuronales.

A quoi servent ces dentelles neuronales ? Il s’agirait d’organiser à la fois l’importation et l’exportation de données ainsi qu’une connexion permanente avec une IA.

Par l’importation de données, il serait possible d’améliorer les capacités d’apprentissage, par exemple en téléchargeant des compétences. C’est ce sur quoi travaille de son coté le bras R&D de l’armée américaine, la DARPA. Le projet RAM, restauration active memory, porte sur la lecture et le développement des processus neuronaux de la mémoire.

Par l’exportation de données, il serait possible d’améliorer la mémoire en sauvegardant ses souvenirs sur implants, comme la scénarise la série Black Mirror dans l’épisode « Retour sur Image ». C’est aussi ce qu’envisage Theodore Berger, professeur à la University of South California, à travers des prothèses qui pourraient stocker et récupérer des souvenirs.

Quelle est la faisabilité de ces dentelles neuronales ? En dépit des progrès réalisés en miniaturisation qui pourraient faciliter l’insertion d’implants dans le cortex, le design d’une telle interface reste très compliqué en raison du manque de connaissance du fonctionnement des cellules de l’organe soulignait Polina Anikeeva en janvier 2017 dans un article de Nature Reviews Materials. Les structures d’impulsion neuronales des pensées et de l’intention restent un mystère pour les chercheurs. Ils s’accordent sur le faible potentiel de réalisation à moyen terme d’une interface permanente cerveau – machine par implant. Outre les dangers communs à toutes interventions chirurgicales, la présence d’un implant accroîtrait le risque d’infection.

Quelles seraient les implications de la mise en œuvre d’une telle technologie ? Envisagée par Elon Musk en rempart contre le scénario catastrophe de la domestication de l’Homme par l’IA, cette technologie pose de nombreuses interrogations philosophiques et éthiques. Le projet de DARPA qui vise à rendre l’apprentissage téléchargeable viendrait-il remettre en cause la préférence de Rousseau dans L’Emile pour « une tête bien faite » plutôt qu’une « tête bien pleine » ?

 

 

Les Echos https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211928236376-memoire-le-cerveau-livre-ses-secrets-2078635.php

 The Economist http://www.economist.com/news/science-and-technology/21719774-do-human-beings-need-embrace-brain-implants-stay-relevant-elon-musk-enters

 https://www.nature.com/articles/natrevmats201693

https://www.nature.com/nnano/journal/v10/n7/full/nnano.2015.115.html

1 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*