Lien copié

Les performances quantiques au profit de l’Intelligence Artificielle ?

La société canadienne D-Wave Systems Inc. a développé une nouvelle génération d’ordinateur quantique ayant une puissance de calcul dépassant de loin les ordinateurs conventionnels. La Nasa ou encore Google utilisent les performances quantiques pour optimiser les systèmes fondés sur l’Intelligence Artificielle. Les nouvelles perspectives de puissance de calcul provenant des ordinateurs quantiques ouvriront-elles une nouvelle voie à l’Intelligence Artificielle ?

Une puissance de calcul incommensurable 

Tandis que les ordinateurs conventionnels utilisent un système binaire avec lequel l’information est codée sous forme de 0 ou 1, les ordinateurs quantiques utilisant les propriétés de la physique quantique offrent potentiellement un schéma de stockage et de traitement d’information plus large en raison d’un système basé sur des quantum bits (ou qubits). Représentant la plus petite unité de stockage d’information quantique, un qubit offre un état quantique pour lequel l’information peut simultanément être codée en 0 et 1. Ainsi, pour un système basé sur 8 qubits, la puissance de calcul est de 28, soit 256 possibilités. Par conséquent, un ordinateur disposant d’une puissance de calcul de 300 qubits pourrait théoriquement effectuer autant de calcul qu’il y a d’atomes dans l’Univers. Selon une étude publiée en août 2016 dans la revue APS Physics, les simulations effectuées sur la puissance de calcul de l’ordinateur quantique D-Wave 2X permettent de constater une vitesse de traitement supérieure de l’ordre de 108 par rapport à un processeur standard. Cependant, des voix se sont élevées pour contester les performances quantiques de l’ordinateur en raison de l’application de celui-ci à un algorithme particulier, “le recuit simulé quantique“, ce qui ne constituerait pas une preuve de performance quantique véritable. Néanmoins, malgré des doutes concernant le D-Wave, les performances quantiques pourront à l’avenir être mises au profit de l’IA.

Une puissance de calcul mise au profit de l’IA

À l’heure actuelle, l’Intelligence Artificielle puise sa force dans les capacités de calcul des processeurs traditionnels. Plus les capacités de calcul sont élevées, plus le traitement d’information est efficace. Les algorithmes sont d’autant plus perfectionnés qu’un système puissant supervise le traitement d’information. C’est ici qu’interviennent les performances quantiques. Arrivant au bout des limites physiques de miniaturisation des processeurs traditionnels, les ordinateurs quantiques offrent une nouvelle voie à l’optimisation de l’Intelligence Artificielle en matière de puissance de calcul. Pour le physicien Vedran Dunjko de l’Université d’Innsbruck en Autriche, « les progrès de l’apprentissage automatique (une des facettes de l’Intelligence Artificielle, ndlr) résident intrinsèquement dans le pouvoir de calcul ». La société IBM a dévoilé en mai 2016 l’existence d’un Quantum Processor mettant en lumière les nouvelles possibilités en matière d’Intelligence Artificielle, notamment pour le programme IBM Watson. David Wineland, physicien à la National Institute Of Standards and Technology in Boulder au Colorado, s’est montré « optimiste sur un long terme », en ce qui concerne les avancées en matière d’ordinateurs quantiques, mais rajoute qu’il « ignore ce qu’à long terme veut dire ». Néanmoins, la plupart des spécialistes s’accordent à dire que « le futur de l’Intelligence Artificielle ne sera plus jamais le même » si les promesses des performances quantiques se réalisent.

Crédit photo : Alex Sukontsev

2 commentaire

  1. J’ai programmée de l’intelligence artificielle depuis les années 80 (lisp, prolog) ainsi que des réalisations plus industrielles (blackboard, simulateurs, réseau neuronaux).
    Je persiste à croire que l’intelligence artificielle est un mythe de plus (comme la vaccination, la conquête lunaire, ou la victoire de la machine deep blue sur le cerveau humain de Kasparov) pour camoufler les décisions inhumaines de nos maîtres. Il est vrai que ces dernières sont de plus en plus difficile à assumer, et ces derniers de moins en moins capables 😉
    L’intelligence est un phénomène vital, un ordinateur quantique n’est pas vivant, car il ne se reproduit pas, il ne guérit pas tout seul de ses blessures. C’est mort.

  2. Un sujet qui mène forcément a débattre!
    Première question a se poser-> qu’est ce réellement que l’intelligence?
    Deuxième question-> la définition du mot “artificiel”
    Réponse 1-> fonction, adaptation et aptitude.(pour résumer très brievement)
    Réponse 2-> conception humaine dite non naturelle
    Donc en gros une intelligence artificielle doit avoir des fonctions, une adaptation et des aptitudes et est créé par l’homme.
    Pour en arriver à cette définition exacte, le langage machine actuel ne le permet pas car le binaire ne proposent a la machine que 2 choix possible ( false or true ) faux ou vrai 0 ou 1…la machine n’est donc jamais entre les deux donc elle ne doute Pas! Tout être vivant fonctionne avec une complexitée dans sa réflexion.. d’où l’intelligence..le fait d’avoir plus que deux choix pour avancer. (Jusque là c’est Clair!).
    L’évolution de l’ordinateur et de sa capacité à traduire l’information suis à mon avis une ligne parallèle a celle de l’homme!
    La machine ne peut pas encore douter ni se reproduire faute de technologie…l’avancée des sciences quantiques va sûrement palier au problème de la réflexion et des choix possibles pour la machine et en ce qui concerne l’auto reproduction de celle ci, ce n’est qu’une question de temps.. .
    L’homme essaye tout simplement de se reproduire différemment..(transhumanisme)
    Différemment? Pas si sûr..
    Nous fonctionnons grâce à des impulsions électrique que notre cerveau génére, de l’information circule dans l’entièreté de notre corps, nous sommes capables de nous reproduire. Notre but est d’évoluer grâce à notre intelligence!
    Donc une machine capable de douter( donc de penser )et capable de se reproduire suivrai une évolution similaire à tout être vivant.
    A ce niveau, pourrais t’on encore parler d’intelligence artificielle??
    Je terminerai par dire que nous sommes l’exemple même de la machine à son apogée! Capable de traiter énormément d’information, de se reproduire, de douter, d’évoluer mentalement et physiquement, de se réparer sans intervention extérieure et j’en passe..
    Bonne réflexion!

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*