Lien copié

Faire la peau : les cellules souches dermiques.

La peau se renouvelle toutes les 4 semaines. Faire la peau, ou plus exactement refaire la peau : le renouvellement de la peau, sa protection et sa réparation, sont assurés par les cellules souches. Les avancées des savoirs et des technologies dans le domaine  de la médecine régénérative ouvrent la porte à la fabrication, ou même au rajeunissement, de la peau. Le potentiel des cellules souches pour l’industrie cosmétologique semble à cet égard immense.

Différentes cellules souches sont nécessaires à la protection et à la réparation quotidiennes de notre peau. Ces cellules souches sont  l’origine de la fabrication de l’épiderme, des follicules pileux et des pigments de la peau. Quel est, aujourd’hui, le principal défi pour les chercheurs en cellules souches dermiques et la fabrication d’une peau qui serait artificielle ? « Notre organisme possède plusieurs types de peau : comparez simplement la paume de vos mains et votre cuir chevelu. Apprendre comment cultiver ces différents types de peau sera un important défi à relever. Le problème le plus important à résoudre pour l’élaboration de traitements par cellules souches est la mise au point de méthodes facilement disponibles et abordables pour les patients » expliquent les chercheurs de l’organisme européen EuroStemcell (1).

“Les travaux des  chercheurs portent (..) sur l’utilisation des cellules souches épidermiques génétiquement modifiées pour traiter des maladies de la peau, telles que l’épidermolyse bulleuse. Les chercheurs s’emploient actuellement à développer des méthodes de cultures de peau qui contiennent un plus grand nombre de constituants normaux et fonctionnels, tels que les glandes sébacées et les follicules pileux. Cela permettra d’effectuer des greffes de peau plus durables et d’aspect naturel. Pour le moment, la peau artificielle nécessite d’utiliser des cellules animales pour cultiver des cellules épidermiques humaines. L’innocuité de ce processus a été démontrée, mais les chercheurs essaient de mettre au point, pour les traitements, des méthodes exemptes de cellules animales »  poursuit EuroStemcell. Aujourd’hui déjà les cellules souches sont utilisées pour reconstituer la peau des grands brûlés. Mais le processus, très couteux, est loin d’être parfait. La peau artificielle ainsi obtenue ne contient ni follicules pileux, ni glandes sudoripares ou sébacées.

Le potentiel semble néanmoins fabuleux pour les entreprises du domaine de la cosmétologie, pour prévenir le vieillissement ainsi que la tombée et le blanchissement des cheveux. Pour le géant français L’Oréal : “ ces cellules sont bien sûr d’un intérêt capital pour la cosmétique. Les chercheurs de L’Oréal s’y intéressent depuis longtemps et ont noué de nombreuses collaborations dans ce domaine avec des équipes scientifiques internationales. Leur ambition ? Mettre au point de nouvelles stratégies pour prévenir et traiter plus efficacement le vieillissement cutané et, dans le futur, aller vers de nouvelles applications dans l’univers de la beauté»(2) .

 

 

1 – EuroStemCell est un “organisme financé par le programme de recherche et d’innovation de l’Union européenne «Horizon 2020 ». Sa finalité est d’aider les citoyens européens à comprendre les cellules souches. L’organisme fournit des informations validées par des experts indépendants et des outils pédagogiques ayant fait leurs preuves concernant les cellules souches et leur impact sur la société”.

2 – https://www.loreal.fr/research-and-innovation/repousser-les-frontières-de-la-connaissance/la-révélation-des-cellules-souches

 

 

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*