Lien copié

L’amélioration de la condition humaine : un point de vue juridique

“D’une médecine thérapeutique à l’émergence d’une médecine améliorative », l’intervention d’Aurore Catherine, maître de conférence en droit privé à l’Université de Caen Normandie, est extraite du colloque “Le transhumanisme à l’heure de la médecine améliorative », qui s’est tenu en ligne les 10 et 11 mai derniers.  Le regard critique d’Aurore Catherine porte sur des pratiques médicales qui ont évolué de la thérapeutique à l’amélioration, ainsi que sur la manière dont le droit devrait se saisir de cette évolution, notamment pour les relations médecins-patients et pour le droit des patients. Aujourd’hui,  des textes ont pour ambition l’interdiction de pratiques qui visent à améliorer la condition humaine. Faut-il alors renouveller ces droits pour prendre en compte la médecine d’amélioration? se demande t-elle, évoquant les articles 16.3 et 16.4 du Code Civil notamment ainsi que certains articles du Code de santé publique. Aurore Catherine évoque une  “médecine dépassée dans ses intentions »  le projet d’« un médecin prestataire de services anthropotechniques » pour son patient/consommateur, avec en point central le spectre de la rupture du principe d’égalité, d’un égal accès de tous à l’amélioration de sa condition. 

Table ronde n° 1 – L’humain augmenté par la médecine « améliorative » : regards croisés de médecins et juristes sur le transhumanisme Table ronde n° 1 – L’humain augmenté par la médecine « améliorative » : regards croisés de médecins et juristes sur le transhumanisme

Le programme du colloque : https://transhumanisme.sciencesconf.org/resource/page/id/1

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*