Lien copié

Découvrir comment le cerveau encode les représentations mentales abstraites, avec la microscopie à 3 photons.

Une équipe de chercheurs du centre de recherche NeuroSpin (CEA), figure parmi les lauréats d’une bourse de l’ERC, European Research Council, pour ses travaux sur la manière dont le cerveau encode les représentations mentales abstraites,  via une technologie d’imagerie de pointe : la microscopie à 3 photons. Les explications : 

Timo van Kerkoerle est chercheur en sciences cognitives au laboratoire UNICOG, département de NeuroSpin, le centre de recherche pour l’innovation en imagerie cérébrale de l’institut des sciences du vivant Frédéric-Joliot du CEA. Timo van Kerkoerle étudie comment le cerveau nous permet de percevoir et d’interagir avec le monde qui nous entoure. La façon dont notre cerveau encode les représentations mentales abstraites et les utilise pour guider la perception n’est en effet pas encore bien comprise.

“Objectif scientifique: Pour établir des corrélations entre les états mentaux perçus ou ressentis et des états observables et mesurables de l’activité des neurones, Timo van Kerkoerle a mis en place au sein de l’institut une plateforme d’imagerie neuronale profonde basée sur l’utilisation d’une technologie de pointe, la microscopie à trois photons. Complémentaire de l’IRM fonctionnelle, de la magnétoencéphalographie et de l’électroencéphalographie, c’est la seule technique capable de visualiser une population locale presque complète de neurones. Grâce à ce microscope opérationnel depuis 2021, Timo van Kerkoerle a pour objectif d’étudier chez des modèles animaux les mécanismes neuronaux de la vision attentive à un niveau de détail sans précédent.

Bénéfice sociétal : Ce projet de recherche fondamentale devrait trouver des applications dans les domaines de la santé et du numérique. D’une part, il devrait permettre d’améliorer notre compréhension des troubles mentaux où la vision attentive est sélectivement affectée, comme dans la schizophrénie, l’autisme et la dépression. D’autre part, il contribuera aux avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA), nécessaire par exemple pour les voitures à conduite autonome qui repose sur une IA capable de « mimer » notre relation à notre environnement : comment nous le voyons et comment nous interprétons ce que nous voyons. En effet, plus nous comprenons comment la vision fonctionne, plus nous sommes capables de construire un algorithme d’IA le plus pertinent possible“.

https://www.cea.fr/Pages/actualites/institutionnel/cea-laureat-3-projets-erc-2022.aspx

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*