Lien copié

Anne Fagot-Largeau : pour une ontologie du devenir

«Une ontologie statique n’est pas apte à représenter notre monde tel qu’il est. Une ontologie mouvante est-elle indispensable ? ». Cette question traverse le livre Ontologie du devenir, l’évolution, l’univers et le temps, recueil des cours (2006-2009) au Collège de France dispensés par Anne Fagot-Largeau, médecin et philosophe, dont la pensée, forte de cette double sensibilité, est empreinte d’autant de finesse que d’érudition. 

« Un monde ou rien ne demeure » :  partir de cette conception dynamique du monde vivant, comment penser l’humain en devenir, comment penser un humain en changement permanent, en particulier dans ses interactions avec la technique ? Ni stable, ni statique, ni déterminé, le vivant humain se confronte, au delà même de sa propre précarité,  à l’évolution non seulement de l’ensemble des espèces, mais aussi à l’évolution de l’univers.  L’ univers est en mouvement, il a eu un début et il aura une fin Le vivant dans son ensemble se considère alors nécessairement dans une historicité. A. Fagot-Largeau enseigne de quelle manière, dans l’étude d’une science de l’être – Henri Bergson et Gilbert Simondon à l’appui –  de nouvelles connaissances scientifiques ont amené à repenser l’humain : “Il n’y a pas si longtemps on enseignait encore à la Sorbonne que les sciences biologiques ne sont pas, ou pas encore, de véritables sciences, puisque leurs « lois » souffrent des exceptions. À quoi il est aujourd’hui aisé de répondre que la physique et l’astronomie qui nous avaient habitués – depuis des siècles – à concevoir le système du monde comme un système stable, tournant de façon régulière, selon des équations exprimant les lois permanentes de la nature, se sont ouvertes à l’histoire : l’ancienne cosmologie s’est muée en science historique, qui reconstruit hypothétiquement le passé de l’univers ». L’ ontologie du devenir devient, sous la plume d’A. Fagot-Largeau,  un vigoureux message d’optimisme : « plutôt que regarder en arrière et regretter le passé, nous devons regarder devant nous et coopérer avec les agents de l’histoire qui nous porte. Nous sommes les artisans du futur. Nous ne conduisons pas le navire mais nous pouvons l’empêcher de s’échouer ».

Fagot-Largeault, Anne. Ontologie du devenir. L’évolution, l’univers et le temps. Paris. Odile Jacob. Mars 2021. 

 

 

 

0 commentaire

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Champs obligatoires*